Blog

Le marché de la bière artisanale en France et dans le monde

16 juin 2022

Pour ce premier article de la Bière Academy il était nécessaire de vous présenter quelque peu le marché brassicole français mais aussi étranger afin que vous puissiez comprendre pourquoi notre établissement dispose d’un tel choix de bières aussi bien françaises que étrangères. 

 

Oncle Sam révolutionne la bière

Pour comprendre pourquoi on a autant de bières artisanales autour de nous, il faut remonter au début des années 80 au pays de l’oncle Sam à savoir les Etats Unis. C’est là bas que de nombreux brasseurs amateurs ont commencé à brasser dans leur garage et ont contaminé peu à peu tout le territoire avec la frénésie du “homebrewing”. Une frénésie qui donnera naissance à de nombreuses brasseries connues désormais comme le loup blanc telles que Sierra Nevada, Anchor Brewing ou encore Brooklyn Brewery avec le très grand Garrett Oliver. 

Cette tendance américaine s’est développée dans tout le pays, ressuscitant au passage des styles oubliés comme les IPA, abandonnées au début du XXème siècle au profit notamment des Pilsener et des Lager bien plus faciles à stocker et produire. Avec des micro-brasseries de plus en plus nombreuses, très vite le pays a vu ses modèles économiques brassicoles changer, passant de toutes petites unités de brassage au démarrage, à de grosses unités dès le départ, donnant à nos micro-brasseries françaises des allures lilliputiennes. 

Il faudra pourtant attendre les années 2000 pour que la révolution brassicole américaine contamine le vieux continent et le reste du monde avec une arrivée qui se fera notamment au Royaume Uni, berceau de la révolution brassicole industrielle. 

 

 

Une arrivée en France et au reste de l’Europe tardive

Pour notre patrie, il faudra attendre le début des années 2010 pour voir émerger les premières micro-brasseries artisanales dont la plupart existent encore aujourd’hui. Certes, il restait encore quelques brasseries indépendantes et/ou artisanales telles que Meteor en Alsace pour ne citer qu’elle, mais on ne comptait que quelques dizaines d’unités de production indépendantes dans l’hexagone, pas mieux chez nos voisins européens. Il faut dire que les diverses guerres du XXèe siècle ont mis au tapis les petits brasseurs locaux, et ce sont les mieux lotis ou les plus chanceux qui ont décidé ensuite de s’unir pour former les conglomérats oligopolistiques industriels connus à ce jour, mais on en reparlera dans d’autres futurs articles!

La déferlante de brasseries artisanales est arrivée comme une traînée de poudre et avec elle, tout un tas d’autres entreprises gravitant autour de ces créateurs de breuvages houblonnés bien décidé à casser les codes auxquels s’agrippent les industriels depuis des décennies. 

A ce jour, le pays compte plus de 2400 brasseries avec chaque année, plus d’ouvertures que de fermetures, et de plus en plus de diversité dans les fondateurs (un brasseur sur 5 est une femme et on espère bien voir la tendance augmenter). Il faut dire que le pays est vaste et que les modèles économiques sont variés et pour tous les goûts. Si au début le secteur brassicole français restait quelque peu timide, l’avancée des techniques et la prise de confiance a poussé certaines brasseries à viser plus haut que leur petite bourgade. Ainsi, on peut trouver des brasseries aux ambitions internationales tout comme on peut trouver l’exact opposé avec de petites brasseries aux simples ambitions locales. 

Ailleurs en Europe on trouve également de plus en plus de brasseries artisanales et indépendantes, il n’est pas rare en voyage de tomber sur une brasserie locale, un brewpub ou une cave à bière. Même les pays comme l’Allemagne ou la République Tchèque pourtant très attachés à leurs brasseries familiales et institutionnelles se sont vu affublées de nouveaux venus bien décidés à bousculer les habitudes de consommation de leurs congénères. 

Cette multiplication des unités de brassage a donné lieu en parallèle à l’arrivée de nouveaux acteurs tels que des cavistes spécialisés, des chaînes de brewpubs, des fournisseurs de matières premières et de matériels ou encore des distributeurs et des oenologues de la bière : les zythologues! (Dont nous parlerons ultérieurement). C’est tout un secteur économique qui a revu le jour et s’est étoffé, et, même s’il reste très faible par rapport aux géants industriels, il n’en est pas moins que ceux-ci prennent désormais très au sérieux cette nouvelle mouvance de consommation qui leur fait de l’ombre. Une prise de conscience tardive des industriels qui avaient sous estimés les micro-brasseries et qui actuellement entament de nouvelles stratégies pour contrer le phénomène avec plus ou moins de maladresse (rachats de brasseries, croissance verticale, craftwashing, achats de marques, mise en place de nouvelles recettes etc…). 

 

Avec des milliers de brasseries en France et ailleurs, il est donc devenu très facile de pouvoir proposer de la nouveauté régulièrement dans les rayons. C’est d’ailleurs comme cela qu’à la Bière Academy nous sélectionnons nos références. A la fois en faisant appel à plusieurs distributeurs, mais aussi en important nous-mêmes des références quand on ne va pas carrément les chercher nous même sur place au détour d’une balade ou d’un week-end quelque part dans le pays. 

A ce jour nous proposons plus de 230 références avec chaque semaine des nouveautés aussi bien en fût qu’en bouteilles / canettes. Nous voulons que vous découvriez tout le savoir-faire brassicole local, national et international avec des bières inédites, des recettes originales et toujours nos conseils avisés pour vous permettre de repartir avec la bière que vous aimerez! 

 

 

Greg – The Beer Lantern

Êtes vous majeur?
La vente d'alcool est interdite aux moins de 18 ans